Bourse aux billets officielle

Eduard Mörike est l’un des poètes les fascinants du XIXe siècle. Pasteur souabe, vivant retiré, il insuffle cependant à son œuvre une fantaisie et un lyrisme ineffables, que ce soit dans l’évocation de la nature ou dans l’expression des sentiments. Mis en musique par Schumann et Brahms, c’est cependant en Hugo Wolf qu’il trouva son barde le plus passionné. En quelques mois de (...)

Ce programme réunit trois pièces spécialement créées pour le Ballet de l’Opéra et met en correspondance les univers de trois artistes contemporains qui affirment, chacun à leur manière, la musicalité de leur mouvement. Avec Répliques, Nicolas Paul construit sa chorégraphie dans un dialogue permanent avec la musique riche et contrastée de Ligeti. Il interroge le double, le miroir, le (...)

DIE ENTFÜHRUNG AUS DEM SERAIL SINGSPIEL EN TROIS ACTES (1782) MUSIQUE DE WOLFGANG AMADEUS MOZART (1756-1791) LIVRET DE JOHANN GOTTLIEB STEPHANIE D’APRÈS LA PIÈCE DE CHRISTOPH FRIEDRICH BRETZNER En langue allemande L’Enlèvement au sérail fut le premier grand opéra en langue allemande construit tel un Singspiel, cette forme (...)

DRAMMA GIOCOSO EN DEUX ACTES (1787) MUSIQUE DE WOLFGANG AMADEUS MOZART (1756-1791) LIVRET DE LORENZO DA PONTE En langue italienne Des trois opéras écrits avec Da Ponte, Don Giovanni est sans doute le plus noir, le plus désespéré. Autour du séducteur et avec lui, tous les personnages y sont hors d’haleine et hors d’eux-mêmes. Et Mozart leur a (...)

DRAME LYRIQUE EN CINQ ACTES ET DOUZE TABLEAUX (1902) MUSIQUE DE CLAUDE DEBUSSY (1862-1918) POÈME DE MAURICE MAETERLINCK En langue française Avant de découvrir la pièce de Maeterlinck, Debussy disait au sujet de l’opéra dont il rêvait : « La musique y commence là où la parole est impuissante à exprimer ; la musique est faite pour (...)

Krassimira Stoyanova est l’une des plus grandes cantatrices de notre temps. Magnifique interprète des héroïnes de Verdi, Mozart ou Tchaikovski, cette violoniste de formation est avant tout une musicienne d’exception. Il n’est donc pas étonnant qu’elle cultive l’intimité et l’orfèvrerie du récital. En prélude à sa Marguerite de Faust, Krassimira Stoyanova vient nous enchanter (...)