Bourse aux billets officielle

À PARTIR DE 8 ANS CE2, CM, COLLÈGES, LYCÉES En langue allemande surtitréeSiegfried et l’anneau maudit, création de la saison 2012-2013, revient à l’Amphithéâtre après une tournée en France et invite tous les publics à découvrir ce monument wagnérien qu’est le Ring. On y retrouvera l’univers du merveilleux avec ses géants, ses dragons, sans oublier pièges, (...)

Comme un écho aux célébrations du Tricentenaire de l’école française de danse, le Spectacle de l’École de Danse de cette saison allie tradition et modernité, permettant aux élèves de s’approprier les oeuvres du répertoire et de s’ouvrir à de nouveaux mondes. Soir de fête de Léo Staats s’inscrit comme une véritable démonstration du style chorégraphique français. Sur des (...)

CONTE LYRIQUE EN TROIS ACTES (1901) MUSIQUE D’ANTONÍN DVO?ÁK (1841-1904) LIVRET DE JAROSLAV KVAPIL En langue tchèque Inspiré des légendes d’ondines – ces esprits élémentaires aquatiques si chers au Romantisme – Rusalka conte l’histoire bouleversante d’une sirène qui, parce qu’elle a renoncé par amour pour un prince à sa voix, (...)

Gustav Mahler Symphonie n° 7 en si mineur « Chant de la nuit » PIERRE BERGÉ, MÉCÈNE DES CONCERTS SYMPHONIQUES DE L’ORCHESTRE DE L’OPÉRA NATIONAL DE PARIS AVEC LE SOUTIEN DE GRoW – ANNENBERG FOUNDATION / AMERICAN FRIENDS OF THE PARIS OPERA & BALLET MÉCÈNE DE LA CONQUE DE L’ORCHESTRE DE L’OPÉRA NATIONAL DE PARIS ArtisteNoteRôle

À PARTIR DE 4 ANS MOYENNES ET GRANDES SECTIONS DE MATERNELLE, ÉLÉMENTAIRES Vassilissa nous plonge dans l’univers d’un conte russe traditionnel. Une danseuse incarne tour à tour Baba Yaga, la sorcière qui disperse la laideur et Vassilissa, la très belle, accompagnée de sa poupée. Sans véritable trame narrative à suivre, les spectateurs laissent libre cours à leur (...)

Franz-Josef Selig est l’une des grandes basses de notre temps, Sarastro, Roi Marke ou Arkel à la voix abyssale et bouleversante. Organiste de formation, il n’est pas étonnant que ce musicien suprême se voue au lied et un premier récital avait simplement stupéfait le public de l’Amphithéâtre. Avec Gerold Huber, il poursuit son exploration de Schubert et Wolf, convoque égaleme (...)